01 avril 2010

Conséquence physique de la mal bouffe

Au moment où s'achève ce siècle dit de progrès, nous allons tout simplement réapprendre à manger. La "Mal bouffe" nous tuent à petit feu.

Les experts du monde entier - médecins, biologistes, nutritionnistes, diététiciens - sont formels : il existe des relations irréfutables entre la plupart des grandes maladies du monde industriel et la surconsommation ou le déséquilibre alimentaire. Maladies cardiaques, attaques, hypertention, obésité, diabète, dégradation de la qualité de la vie du 3ème âge, tel est le lourd tribut que nous devons payer pour trop aimer la viande, les graisses ou le sucre. Jour après jour, année après année, nous préparons le terrain aux maladies qui nous emporteront prématurément.

Le tiers monde meurt de sous-alimentation... et nous de trop manger. Les maladies de la malnutrition ou de la sous-alimentation tuent probablement dans le monde d'aujourd'hui plus que les microbes et les épidémies. Et pourtant, sauf dans le tiers monde, on s'est peu intéressé jusqu'ici à la nutrition. Surtout en France. C'est bien connu : nous avons tous, ici, la faiblesse de croire que ce qui touche aux plaisirs de la table est comme notre seconde nature. On n'a rien à nous apprendre en ce domaine. D'ailleurs, quoi que de plus triste qu'un "régime", "une diète", le "jeûne" ou "l'abstinence". Il faut bien, à la rigueur, y recourir pour traiter des maladies, mais pas pour préserver sa santé, ou plus simplement pour vivre mieux et plus longtemps.

obesite_3_620758713

Illustration d'un article

tageblatt.editpress.lu/thumbnail.php?file=obe...

Posté par clementVO1 à 11:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Conséquence physique de la mal bouffe

Nouveau commentaire